Naturellement chez soi

Comment limiter son empreinte sur les espèces protégées

Nos nombreux actes et projets peuvent avoir de lourdes conséquences sur la biodiversité et sur les espèces protégées. Il en va ainsi de la réalisation de toutes sortes d’aménagements près des habitats naturels renfermant ces dernières. Il est pourtant possible de limiter les empreintes laissées sur les espèces protégées.

Espèces protégées : quelles espèces sont concernées ?

Que ce soit en matière de faune ou de flore, de nombreuses espèces sont aujourd’hui protégées, afin de les préserver de l’extinction. Ainsi, avant d’entamer un quelconque projet d’aménagement, public ou privé, il est indispensable de s’enquérir sur la faisabilité dudit projet en tenant compte de la présence ou non d’espèces protégées, et ce, en réalisant ce que l’on appelle une étude faune-flore. A l’issu de cette dernière, les porteurs de projet devront mettre en place soit des mesures d’évitement, soit adopter des mesures de réduction, soit adopter des mesures compensatoires. Bien évidemment, ces mesures ne sont à prendre en compte que dans le cas où le projet d’aménagement que l’on souhaite réaliser a des impacts négatifs sur l’environnement existant et sur les espèces protégées. Dans certains cas, il est possible au porteur de projet de demander une dérogation espèces protégées.

Limiter son empreinte sur les espèces protégées : comment ?

Pour limiter son empreinte sur les espèces protégées et minimiser son impact sur la biodiversité, il incombe à chacun de ne prélever aucune espèce protégée lorsque l’on se retrouve dans une aire protégée. Ceux qui souhaitent mener à termes un projet d’aménagement devront en premier lieu se renseigner sur la présence d’espèces protégées aux alentours de la zone qui les intéresse. Si c’est le cas, il importe de tout mettre en œuvre pour minimiser autant que possible les impacts du projet sur ces derniers. Si les mesures d’évitement ne sont pas envisageables, il faut avant tout mettre en place des mesures visant à réduire au maximum les impacts. En dernier recours, on peut envisager la compensation écologique.

Astuces écolos

  1. 12 Nov. 2019Les gâteaux à base d'aliments naturels9
  2. 15 Juin 2019Les tableaux natures sont à la mode8
  3. 14 Mai 2019Economiser de l'énérgie sur sa piscine10
  4. 21 Avril 2019Protéger sa voiture quand on a pas de garage20